10 mars, 2015

Valls : « 3000 jeunes Français candidats au jihad, sans doute 10 000 avant la fin de l’année »

Classé dans : Non classé — islamvouscache @ 13:07
Accueil » Politique » Valls : « 3000 jeunes Français candidats au jihad, sans doute 10 000 avant la fin de l’année »

image: http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2015/03/salafisme.jpg

salafisme

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
9 mars 2015
2857 Vues

image: http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/userphoto/1.jpeg

Mike Borowski

Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Nos médias et hommes politiques mentaient aux français en énonçant que l’engagement dans le djihad en Syrie, en Irak, ou même en France est très minoritaire. Ils étaient d’après eux moins de 1300. Ce chiffre est déjà assez important puisqu’il représente le plus gros contingent installé auprès de l’Etat Islamique. Seulement ce chiffre destiné à rassurer nos concitoyens, ou plutôt pour faire croire que nos primo-arrivants venus en masse depuis 30 ans sont très bien intégrés à notre société et se considèrent comme français, étaient totalement bidon.

Manuel Valls enlevait les moufles qu’il avait sur ses yeux en découvrant cette réalité qu’il niait, lui-même déclarait hier au Grand Rendez-vous Europe 1-iTélé-Le Monde concernant le nombre de français administratifs rejoignant les rangs des jihadistes en Syrie et en Irak « Ils seraient 3 000 aujourd’hui. Il pourrait y en avoir 5 000 avant l’été et sans doute 10 000 avant la fin de l’année ».

« En France, 1 400 personnes, essentiellement jeunes, sont concernées. Soit ils se trouvent sur place, soit ils en sont revenus ou cherchent à s’y rendre. Ce chiffre a doublé en un an. «Il y a déjà près de 90 Français qui sont morts là-bas les armes à la main pour combattre nos valeurs», a ajouté le chef du gouvernement. »

Il en fallu du temps pour nos gouvernants d’accepter les vrais chiffres du djihadisme dans ce pays. Espérons que nos amis de Gauche nous lisant chaque jour dénigraient nos chiffres et écrivaient des chroniques afin de nous discréditer. Tous ces faits existaient, mais ne devaient surtout jamais sortir. Quand sur La Gauche M’a Tuer, nous écrivions qu’il y a 125 000 potentiels djihadistes, information que nous avons reprise du dernier livre de Samuel Laurent, nous ne sommes pas dans l’erreur, nous essayons d’ouvrir les yeux des gens sur le danger qui nous menace. L’Etat lui dit qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter pourtant en deux ans nous avons connu nombre de drame liés à la mouvance islamiste. De plus si à Trappes ville de 29 000 habitants, 200 jeunes sont djihadistes combien à Paris, Saint-Denis, La Courneuve, Aubervilliers, Saint-Ouen, Grigny etc. etc. Toutes ces communes connaissant un fort taux d’immigration et de délinquance.

A moins que cela soit la vision angélique de nos gouvernants qui les empêche de voir tous ces ennemis intérieurs. Seulement en nous disant que tout va bien Madame la marquise, le législateur joue avec le feu et avec la vie des français. A moins que l’objectif des socialistes est que ces drames recommencent, pour qu’on organise une nouvelle marche d’union nationale qui déboucherait sur une nouvelle hausse dans les sondages. Sait-on jamais le cynisme politique est tellement élevé que plus rien ne me surprendrait.

En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/03/09/valls-3000-jeunes-francais-candidats-au-jihad-sans-doute-10-000-avant-la-fin-de-lannee/#Ut4WgEtC2A0wsJjV.99

8 mars, 2015

L’EI détruit au bulldozer un joyau archéologique irakien

Classé dans : Non classé — islamvouscache @ 4:50

Publié le 05 mars 2015 à 16h49 | Mis à jour le 05 mars 2015 à 22h25

Dans cette photo datant de 2003, Ddes travailleurs... (PHOTO Karim SAHIB, Archives AFP)

Agrandir

Dans cette photo datant de 2003, Ddes travailleurs irakiens déblaient la statue d’un boeuf ailé datant du 8e siècle, sur le site archéologique de Nimroud.

PHOTO Karim SAHIB, Archives AFP

Ma Presse

Dossiers >

Le groupe État islamiqueInternational

Le groupe État islamique

Après avoir fait d’importants gains en Syrie face aux troupes d’Assad, les djihadistes de l’EI ont pris l’Irak d’assaut s’emparant d’importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l’Irak et la Syrie. »

Jean Marc MOJON
Agence France-Presse
BAGDAD

Le groupe État islamique a commencé jeudi à détruire au bulldozer la ville de Nimroud, joyau archéologique du nord de l’Irak, une semaine après la diffusion par les djihadistes d’une vidéo de la destruction de sculptures préislamiques inestimables à Mossoul.

L’ONU a annoncé dans le même temps que quelque 28 000 personnes avaient fui en quelques jours la région de Tikrit, plus au sud, où les forces gouvernementales ont lancé une offensive d’envergure pour en chasser l’EI.

L’EI a «pris d’assaut la cité historique de Nimroud et a commencé à la détruire avec des bulldozers», a dit le ministère du Tourisme et des Antiquités sur sa page officielle Facebook.

Un responsable des Antiquités a confirmé ces informations. «Jusqu’à présent, nous ne pouvons pas mesurer l’ampleur des dégâts», a dit ce responsable sous couvert d’anonymat.

Nimroud, une cité fondée au 13e siècle av. J.-C., est située sur les rives du Tigre à quelque 30 km de Mossoul, la grande ville du nord de l’Irak, contrôlée par l’EI depuis juin.

Jeudi dernier, l’EI avait diffusé une vidéo sur laquelle des djihadistes réduisaient en miettes des sculptures préislamiques du musée de Mossoul. Pour l’organisation jihadiste, statues, tombeaux et représentations «favorisent l’idolâtrie» et méritent donc d’être détruits.

«Désastre»

Après leur saccage à Mossoul, les djihadistes auraient lancé aux gardiens du musée que Nimroud était leur prochaine cible.

«C’est l’une des plus importantes capitales assyriennes, on y trouve des bas-reliefs et des taureaux ailés (…) Cela serait un véritable désastre», avait alors indiqué à l’AFP Abdelamir Hamdani, un archéologue irakien de l’Université Stony Brook de New York.

La destruction des trésors de Mossoul avait été condamnée par la communauté internationale, la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova réclamant à la Cour pénale internationale (CPI) de se saisir du cas.

L’EI a lancé une offensive fulgurante en juin 2014 en Irak, s’emparant de larges pans du territoire, notamment au nord de Bagdad.

Les forces gouvernementales, appuyées par les raids aériens de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, tentent depuis plusieurs mois de reprendre le terrain perdu.

Elles ont notamment lancé lundi une offensive mobilisant 30.000 hommes pour reprendre Tikrit, la deuxième plus importante ville conquise en Irak par l’EI après Mossoul.

28 000 déplacés 

«Les opérations militaires dans et autour de Tikrit ont précipité le déplacement d’environ 28 000 personnes vers Samarra», ont indiqué les Nations unies dans un communiqué jeudi, ajoutant que des «mouvements de déplacement supplémentaires» étaient toujours en cours au quatrième jour de l’assaut.

Les 28 000 personnes déplacées cette semaine viennent gonfler les rangs des 2,5 millions d’Irakiens chassés de chez eux par les violences, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Cependant, Amnesty International et Human Rights Watch s’inquiètent des dangers encourus par les civils à Tikrit après plusieurs menaces de représailles formulées par les miliciens chiites, dont des milliers de recrues ont été massacrées par l’EI dans le secteur en juin. Des tribus sunnites avaient alors été accusées de complicité.

Dans la bataille de Tikrit, les Irakiens n’ont pas demandé l’aide de la coalition, qui poursuit ses frappes quotidiennes contre l’EI ailleurs en Irak. La coalition mène également des frappes contre l’EI dans la Syrie voisine.

Les États-Unis ont en revanche confirmé la participation de l’Iran dans cette bataille.

Le secrétaire d’État américain John Kerry, en visite à Ryad, a indiqué jeudi que le général Ghassem Souleimani, chef de la Force Qods, une unité d’élite des Gardiens de la révolution, a été présent en Irak.

«Est-ce que le général Souleimani a été sur le terrain, est-ce qu’il joue un rôle? La réponse est oui», a déclaré M. Kerry, insistant cependant sur le fait que l’opération était sous contrôle irakien.

«Tout le monde sait qu’il y a un certain mouvement des forces iraniennes -à la fois dans et à l’extérieur du nord de l’Irak- qui sont engagées dans les combats depuis le tout début. Mais ce n’est pas coordonné. Nous ne nous coordonnons pas avec eux», a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs appelé «toutes les forces irakiennes à éviter et empêcher les abus contre des civils et toutes activités qui violeraient le droit international ou alimenteraient les violences et divisions confessionnelles». Et d’ajouter: «Cela inclut également l’Iran».

En dépit de ces mises en garde, l’émissaire de l’ONU, Nickolay Mladenov, a affiché son optimisme sur la capacité du pays à rester uni, au terme de 18 mois de mission en Irak.

Il s’est notamment félicité du fait qu’il était «devenu de moins en moins acceptable (pour les acteurs politiques irakiens) d’être ouvertement communautariste dans un discours» depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau chef du gouvernement Haider al-Abadi, il y a six mois.

M. Abadi, de confession chiite, a cependant récemment assuré qu’il ne pouvait y avoir «de partie neutre» dans la bataille de Tikrit, estimant que toute personne choisissant la neutralité se rangeait de facto du côté de l’EI.

Le conflit israélo-palestinien disséqué – Partie 8 – Le Nouveau Nazisme Planétaire de la Fin des Temps

Classé dans : Non classé — islamvouscache @ 4:27

« Mardochée fit répondre à Esther: Ne t’imagine pas que tu échapperas seule d’entre tous les Juifs, parce que tu es dans la maison du roi; car, si tu te tais maintenant, le secours et la délivrance surgiront d’autre part pour les Juifs, et toi et la maison de ton père vous périrez. Et qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté? » (Esther 4.13-14)

Le conflit israélo-palestinien disséqué – Partie 8 – Le Nouveau Nazisme Planétaire de la Fin des Temps Conflit-israelo-palestinien-disseque-081

jihad-hitlerAussi dramatique que furent les attentats à Charlie Hebdo, ce fut une occasion unique de poser les vraies questions et d’amener le débat sur les sujets difficiles et sensibles. Bien malheureusement, la désinformation fut une nouvelle fois totale et la majorité a réduit l’immense menace du jihad islamique à un débat sur la liberté d’expression ! La Vérité est que cette attaque terroriste du 7 janvier 2015 n’a rien à voir avec la liberté d’expression et ce montage vidéo inédit permettra, nous l’espérons, au plus grand nombre d’y voir plus clair et de se préparer à ce qui s’en vient sur ce monde.

Cette huitième partie du conflit israélo-palestinien disséqué aborde un sujet majeur des plus périlleux et sensibles : la menace et l’émergence du nouveau nazisme planétaire de la fin des temps. Ces termes forts ne sont pas exagérés et cette vidéo inédite le prouvera. Ce montage s’attachera à démontrer cette dramatique réalité à la lumière de la Torah et des prophéties bibliques. D’une manière toute providentielle, ce montage sort précisément pour la période de la fête de Pourim décrit dans le Livre biblique d’Esther. Le livre d’Esther a été écrit il y a plus de 2500 ans et décrit l’histoire vraie de la toute première tentative d’extermination du peuple juif. Aujourd’hui encore, la fête de Pourim est observée chaque année par le peuple de Dieu dans le monde entier. Cette fête commémore la délivrance miraculeuse des israélites après avoir échappé de justesse à cette première tentative d’extermination perpétrée par le tristement célèbre Haman.

L’histoire se répète et l’humanité malade n’apprend pas de ses erreurs passées. Après Hitler, c’est au tour de l’Islam intégriste de prendre le flambeau du Génocide ce qui n’est pas étonnant dans la mesure où le Mufti de Jérusalem Hadj Amin Al Husseini inspira à Hitler la solution finale et lui donna une section SS composée de musulmans, section SS qui fut la plus terrible et la plus cruelle de toutes.

Les premiers visés et menacés sont évidemment encore une fois les juifs mais aussi les chrétiens ainsi que tous ceux et celles qui ne se soumettent pas à l’idéologie islamique. Ce nouveau nazisme mondial est aujourd’hui pleinement agissant sous l’habit du jihad islamique représenté par des groupes radicaux terroristes et fascistes tels que l’Etat Islamique en Irak et en Syrie ou encore Le Hamas en Palestine, mouvements qui seront largement exposés dans ce montage.  Ces groupes sont de plus en plus nombreux et ont de plus en plus de partisans musulmans répartis un peu partout sur le globe et prêts à frapper. De plus, c’est toute une jeunesse élevée dans la haine et la cruauté qui est en train de voir le jour augmentant ainsi considérablement les effectifs de ces entités terroristes… Cette vidéo recueillera les propos d’Aldo Stérone, spécialiste de l’Islam, de Anne-Marie Delcambre, Docteur en études islamiques, professeur d’arabe littéraire et auteur de nombreux livres sur Mahomet et l’Islam, et fera intervenir également plusieurs Rabbins et pasteurs très bien renseignés sur ce sujet.

Comme cette huitième partie le démontrera, l’Islam radical reprend en tout point les traits, les caractéristiques, l’idéologie et les méthodes du nazisme hitlérien en propulsant la cruauté et la barbarie à un niveaujihad-nazie-hitler-islam-1024x756encore jamais atteint : l’horreur et l’atrocité deviennent un culte et ses adeptes n’hésitent plus à filmer et à diffuser leur actes criminels : Torture, décapitation et violentes exécutions sont mises en scène et propagées à travers le Web dans le but de terroriser et de propager la peur dans le monde entier. Comme le démontrera Aldo Stérone et Mme Anne-Marie Delcambre, la littérature islamique propagée et déversée dans la conscience fragile des jeunes musulmans est une incitation ouverte au meurtre et à la haine envers les juifs et les chrétiens premièrement puis envers tous ceux qui ne soumettent pas à l’ Islam.

Depuis le rétablissement du califat en 2014, ce sont des centaines de milliers de personnes qui ont été froidement exécutées et torturées au nom de l’Islam. De ce pilote jordanien brûlé vif dans une cage, en passant par les 4 juifs et rabbins égorgés en Israël dans une synagogue, sans oublier l’attentat terroriste en Australie fin 2014 et ces multiples attentats voitures bélier en Israël et en France ou encore ces attentats dans les locaux de Charlie Hebdo et à Hyper cacher, jusqu’au 21 chrétiens Egyptiens décapités au petit couteau en Lybie ce mois de février 2015, scène atroce soigneusement filmée et propagée sur le net par les jihadistes. Nous assistons à un nouveau phénomène mondial des plus terrifiants selon qu’il est dit : « Voici, un peuple vient du septentrion, Une grande nation et des rois puissants Se lèvent des extrémités de la terre. Ils portent l’arc et le javelot; Ils sont cruels, sans miséricorde; Leur voix mugit comme la mer; Ils sont montés sur des chevaux, Prêts à combattre comme un seul homme, Contre toi, fille de Babylone ! Le roi de Babylone apprend la nouvelle, Et ses mains s’affaiblissent, L’angoisse le saisit, Comme la douleur d’une femme qui accouche… » (Jérémie 50.41-43).

Une haine ciblée grandissante dans le silence le plus coupable :

Exactement comme ce fut le cas durant l’Allemagne nazie, les populations sont conditionnées pour mépriser les juifs et la désinformation à leur sujet est toujours aussi grande, ce simple exemple démontre unehaine latente présente chez plusieurs :

Il marche en pleine rue à Paris avec Kippa

Mais il y a pire. Que dire de ce sondage qui démontre que 80% des arabes-palestiniens soutiennent les meurtres de juifs : 80 % des arabes-palestiniens soutiennent les meurtres de Juifs

etat-terroriste-vote-europeIl suffit de regarder au sein même de la population palestinienne contre laquelle se défend Israël depuis des décennies notamment en se protégeant des tirs de roquettes lancés depuis la Bande de Gaza, ce fameux territoire que nos chers dirigeant aimeraient transformer en Etat pensant faire ainsi disparaître le conflit, ce qui est une pure folie et un non sens complet car cela serait oublier que cette haine contre Israël est insufflée dans le coeur des palestiniens dès leur enfance par l’éducation jihadiste du Hamas. Le conflit est en vérité spirituel à sa racine (Voir les parties 01 à 08).

Comment alors justifier la volonté des occidentaux de voir un état palestinien se créer avec une population au sein de laquelle il est aisé de trouver un manuel vidéo du Hamas pour « poignarder correctement » les Juifs : Un manuel vidéo pour poignarder correctement les Juifs

Car oui, ne l’oublions pas, la Bande de Gaza est l’épicentre de la haine antijuive et de cette idéologie cruelle et extrémiste adoptée par l’Etat Islamique ou daesh. Rappelons nous que suite au deuil qui s’est emparé de la France après les attentats à Charlie Hebdo, L’État islamique acclamait en français les attentats de Paris et menaçait de futures attaques : « Tuez les tous ».

Suite à la parution du dernier Charlie Hebdo faisant suite aux attentats, Plusieurs milliers de palestiniens, membres du Hamas et des Brigades Al Aqsa pour la plupart, ont tout de suite menacé la France après la prière du vendredi à la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem, pour protester contre la nouvelle caricature de Mahomet publiée par le journal satirique français Charlie Hebdo.

La désinformation a joué son rôle. Alors que la haine antijuive prend de l’ampleur et que la sympathie des occidentaux va aux palestiniens, il semble que personne n’ait remarqué la réjouissance des palestiniens suite aux attentats et nul ne semble préoccupé lorsqu’ils hurlent « mort aux français ». Vendredi 16 janvier, une grosse manifestation de Palestiniens hostiles à la France et dénonçant la dernière couverture de Charlie Hebdo s’est déroulée à la sortie de la prière à Jérusalem.
Egalement, il semble que la menace terroriste d’un haut dignitaire religieux palestinien ordonnant aux musulmans français de venger le prophète, n’a pas été relayée par nos chers médias qui veulent tellement voir cet état palestinien se créer à côté des juifs : « Le journal Charlie n’a pas compris la leçon. Les musulmans … de France ne doivent pas rester silencieux devant les photos des caricatures du prophète »
Que personne ne se méprenne : le Hamas, dont la charte invite ouvertement à la haine antijuive et à la destruction d’Israël, est un groupe terroriste jihadiste qui a cependant été élu démocratiquement : Le Hamas et l’Autorité palestinienne: les deux faces d’une même pièce

Les hauts responsables du Hamas lors des célébrations du 27ème anniversaire du Mouvement ont déclaré: « Nous ne reconnaîtrons pas l’entité sioniste et nous n’allons pas nous contenter d’un Etat palestinien dansvoiture-belier-attentat-islam les frontières de 1967. Nous remercions l’Iran de nous fournir  des armes et des missiles.

L’Etat Islamique qui sévit à travers le monde est en tout point identique au Hamas sur la bande De Gaza en Palestine. Malgré de telles évidences, l’Europe, la France et d’autres pays continuent de soutenir laPalestine et accusent Israël de crime contre l’humanité. Plus le mensonge est gros plus il passe, c’est ici la démonstration la plus éclatante de ce proverbe.

Hitler ne s’y prenait pas différemment et Gobbels, le chef de la propagande nazie en connaissait un rayon et savait comment s’y prendre pour faire accepter à une partie de l’Europe la solution finale. Aujourd’hui encore, le monde est sous l’emprise de l’esprit hitlérien et malgré les évidences criantes, une fois encore, la majorité fustige les juifs et acclame de manière consciente ou inconsciente la cruauté de son ennemi.

Cependant, il existe une grande différence avec le passé : depuis 1948 Dieu a souverainement redonné la terre à son peuple et y ramène ses exilés, le temps des nations est terminé et le retour d’Israël sur sa terre est en plein accomplissement. Dans ces conditions, le mépris du monde pour le peuple juif et son soutien direct ou indirect, conscient ou inconscient au terrorisme islamiste sont en train de se retourner contre lui et d’amener les jugements de Dieu sur ce monde qui amènera cette période finale de grandes tribulations avant le retour du Messie : c’est ici ce que l’on appelle les douleurs de l’enfantement. Comme le montre la vidéo, la Bible a largement prédit depuis des millénaires le scénario final de la fin des temps et l’humanité entière est en train d’expérimenter actuellement la pleine réalisation des prophéties mais malheureusement, rares sont ceux qui ont des yeux pour voir et un coeur pour comprendre, c’est bien là l’avertissement donné par le Messie Yéshoua lors de sa première venue : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas. » (Luc 13.24)

On récolte ce que l’on sème

En hébreux, « Mida kenegued mida » signifie « mesure pour mesure ». Cette notion nous enseigne que les divers problèmes/fautes/punitions que nous récoltons ne sont que le reflet des fautes qui ont amené le châtiment. C’est finalement une loi spirituelle aussi vraie que les lois physiques : celui qui arrose sera lui même arrosé, celui qui sème la haine récoltera la haine, celui qui sème la peur en finançant l’armement terroriste récoltera la peur et les attentats terroristes et quiconque sème le péché et la destruction récoltera le péché et la destruction. Dans une société qui banalise le péché, l’angoisse, la peur et la terreur augmenteront.

antisioniste-anglaisPar cupidité, les nations occidentales ont favorisé l’Islam et le terrorisme par toutes-sortes d’alliances financières impies allant jusqu’à approuver presque unanimement l’approbation de l’état terroriste palestinien gouverné par le Hamas dont l’objectif numéro un est l’anéantissement et la destruction du peuple d’Israël, le peuple de Dieu. Mesure pour mesure : elles récoltent à présent à leur porte les mêmes terroristes amis d’hier qui ont fait et qui continuent de faire souffrir Israël et cette réalité est aujourd’hui pleinement visible. La souffrance et la terreur arrivent par ceux là même que les occidentaux ont secrètement soutenu contre Israël. « Dieu se rit des personnes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». Un Mida kenegued mida d’une précision stupéfiante et visible à l’oeil nu quand on le considère à la lumière de la Torah d’Israël !

Ainsi, en regardant une des multiples racines spirituelles du problème, il apparaît clairement que la vague d’attentat et de terreur qui semble vouloir s’abattre sur ce monde ne soit que le fruit de la folie d’une humanité ayant abandonné les voies de Dieu et cheminant désormais sur le chemin des alliances impies et de la cupidité visant à soutenir les ennemis d’Israël.

Ces Musulmans djihadistes qui clament au monde Occidental et à qui veut entendre : « nous vous vaincrons en utilisant vos lois et vous dominerons en appliquant les nôtres », sont à nos portes. En avril 1974, à la tribune de l’ONU, le président de la République Algérienne, Houari Boumediene, déclara : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire ». Le 19 décembre 2006, Mouammar Kadhafi, l’ancien despote libyen, « ancien » ami des Occidentaux à cette époque, déclara dans une interview au Figaro : « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les 50 millions de Musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent Musulman ! ». Triste réalité chaque jour un peu plus visible.

Pour d’autres, ne regardant pas les origines spirituelles dans leur analyse du problème, il sera question de la théorie du Chaos contrôlé, c’est à dire une coalition voulue et secrète entre les puissants de ce mondefrance-antisemitismevisant à faire régner le chaos dans le Moyen Orient puis dans le monde dans le but de réduire la population, de contrôler les zones de richesse clés du globe et de créer un cataclysme mondial final aboutissant à un nouvel ordre mondial qui sera accepté par des masses fatiguées, affligées et épuisées par la terreur et les conflits. Ainsi l’Etat islamique, financé par les occidentaux ne serait qu’un moyen utilisé par des joueurs sans coeur sur cet échiquier infernal dans le fol espoir de terminer la partie par l’échec et mat du chaos qu’une poignée de puissants espère contrôler pour profiter par la suite de ce nouveau monde mis en place par leur pensée ténébreuse. Si tout ceci est probablement vrai, cela ne reste que l’habit du problème mais l’âme ou le coeur du problème demeure spirituel car tout ceci ne fait au final que rejoindre nombre de prophéties bibliques pour la fin des temps décrites il y a des milliers d’années et en cours de réalisation :  Rien n’échappe à Dieu et aucun maux, aucune douleur, aucune peine, aucune joie, aucun plaisir, aucun espoir, aucune larme n’est en dehors de son contrôle et ne surgissent sans qu’il l’ait voulu selon qu’il est dit : « A lui appartiennent la sagesse et la force. C’est lui qui change les temps et les circonstances, qui renverse et qui établit les rois, qui donne la sagesse aux sages et la science à ceux qui ont de l’intelligence. Il révèle ce qui est profond et caché, il connaît ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec lui. » (Daniel 2.20-22).

La parole prophétique de la Bible – Logiciel de l’histoire d’Israël et de l’humanité.

Comme dit dans la vidéo, chaque histoire biblique, chaque nom et chaque personnage et/ou royaume sont autant de modèles ou de mécanismes qui traversent l’histoire de l’humanité et qui se répètent à des moments clés. Si ce n’était pas le cas, le récit ne figurerait pas dans la Bible. Le livre d’Esther est un des plus criants exemples de cette vérité fondamentale des écritures. Les Sages d’Israël affirment que la délivrance finale se fera sur le modèle de la fête de Pourim, fête prescrite pour le peuple de Dieu dans le livre d’Esther suite à la délivrance miraculeuse d’une terrible tentative de Génocide fomentée par Haman.

Dans la Torah, le livre d’Esther est un livre fondamental qui cache énormément de secrets et qui, pour la première fois, décrit une tentative d’extermination du peuple juif. En hébreux, « Méguilat Esther » signifie « le livre d’Esther ». Magie de l’hébreux oblige, le mot « Méguilat » possède une autre signification : « Dévoilement ». De même, en hébreux, Esther signifie aussi « Ce qui est caché ». Ainsi, le livre d’Esther, lu dans son sens caché en hébreux se lit : « Le dévoilement de ce qui est caché ». Et effectivement, Le livre d’Esther regorge de trésors cachés. C’est le seul livre biblique ou le mot « Dieu » n’apparaît pas. Effectivement, cela ne fait que confirmer ce qui est dit ici : l’action de Dieu est pleinement présente dans ce livre mais d’une manière voilée, cachée. Regardons un des trésors cachés de ce livre.

Dans les anciens écrits des sages d’Israël datant d’il y a plusieurs milliers d’années, l’extermination du peuple juif programmée par l’Allemagne nazie était déjà annoncée. Il faut pour cela se rendre dans la loi orale (Guémara, traité Méguila) :

« Sauve-moi donc de la main de mon frère, de la main de Essav(Esaü) ; car j’ai peur de lui, afin qu’il ne vienne pas et me tue la mère avec les enfants. » (Genèse 32.12)

De quoi Yaacov(Jacob) a-t-il donc bien pu avoir peur ? Dieu ne lui avait-il pas dit qu’Il le protégerait ?

Voici l’explication du Talmud :

Rabbi its’hak demande l’explication de ce verset : « N’accorde pas, Maître du monde, aux demandes des méchants, ne laisse point s’accomplir leurs perfides desseins… » (Psaumes 140)

Rabbi Its’hak répondit : C’est Yaacov(Jacob) qui demanda à Dieu de ne pas laisser l’ennemi accomplir ses desseins et cet ennemi c’est Germamia de Edom (Essav), car si cet ennemi réussissait, il détruirait le monde.

Et Rachi (11ème siècle) commente : Germamia, c’est un des royaumes d’Edom.

Rabbi Yaacov Hemdin explique : Rachi a voulu dire Germania (l’Allemagne).

Guemara Meguila, 6a.

Il existe aussi un enseignement de Eliyahou ben Shlomo Zalman (une grande autorité juive du 18ème siècle), qui dit que « la nation de Germania descend d’Amaleq… » (cf. Ha-Ish Al Hahoma p.108). Effectivement, pour nos générations, le souvenir d’Hitler (tout comme celui de Staline) est du même acabit que celui d’Haman et d’Amalek.

code-d-estherA ce sujet, le livre « le code d’Esther » relève également un grand nombre de similitudes entre le livre d’Esther et la Shoah et comme le disent à juste titre certains sages d’Israël : « La Torah est comme le logiciel de l’histoire d’Israël » et aussi : « tout ce qui se passe dans ce monde a forcément une allusion dans la Torah. » Effectivement, le livre d’Esther est une bonne illustration de cet état de fait tant les correspondances sont nombreuses.

Le livre « le Code d’Esther » a laissé de marbre même les plus sceptiques car après avoir vu les corrélations entre le livre biblique d’Esther et l’Allemagne nazie, nul ne peut contester la portée divine des écritures. Rav Ron Chaya en parle sur son site : http://www.leava.fr/blog/actualite-leava/livre-le-code-d-esther-de-bernard-benyamin.php

Par la seule étude des textes de la Torah, les sages d’Israël ont su voir le danger qui surgirait de l’Allemagne Nazie, un danger du même acabit que celui d’Haman et d’Amalek et qui se poursuivrait par la suite avec la menace mondiale d’Ismaël représentant le peuple arabo-musulman. Tout a été annoncé.

Il y a ici toutes les explications détaillées dans une vidéo que je recommande à tous ceux qui veulent approfondir ce sujet : http://www.leava.fr/cours-torah-judaisme/torah/495_guermamia.php

Après l’Allemagne Nazie, l’histoire se reproduit aujourd’hui sous l’indifférence générale d’un monde préoccupé à des futilités pendant que des milliers d’Hitler aiguisent leurs couteaux.

A travers cette histoire, il est certain que le vrai Dieu interpelle chacun pour montrer qu’il est le grand gestionnaire de l’histoire, qu’il est d’une intelligence sans limite. Les preuves aujourd’hui sont innombrables et se manifestent à de plus en plus de monde afin de montrer que la Bible est la vérité. La vraie question : qu’allons-nous faire ? Prendre position ou le renier ? De cette réponse dépendra la destinée éternelle de chaque individu qui choisira pour lui même et qui sera seul responsable de sa propre destinée éternelle après ce jour du grand jugement qui arrive à grand pas.

Comme nous l’avons déjà dit, les Sages d’Israël ont donné une explication que le code d’Esther montre très bien : La Torah (La Bible) est un peu comme le logiciel de l’histoire d’Israël et de l’humanité. Tout ce qui se passe dans l’histoire de ce monde, (que cela soit à l’échelle nationale, internationale comme à l’échelle individuelle), possède forcément une allusion dans la Torah. L’exemple du livre d’Esther et de la Shoah est très parlant mais c’est parfois beaucoup plus subtil. Ces choses sont aussi écrites afin d’attirer notre attention sur la valeur inimaginable des Saintes-Ecritures : elles ont une portée éternelle et prophétique, valable pour chaque génération et contiennent en elles-mêmes tout le plan de Dieu pour chaque homme et pour l’humanité. La seule question : quelle attitude allons-nous avoir face au message de Dieu et finalement face à la vérité. Avons-nous l’amour de la Vérité ? Notre prise de position en paroles, en actions et en vérité déterminera notre sort éternel.

Regardons un autre exemple ramené par les sages d’Israël : Edom ou Esaü représente le monde occidental chrétien et comme nous l’avons déjà dit, Ismaël représente le monde arabo-musulman. Que voit-on dans le texte biblique ? En prenant pour épouse une des filles d’Ismaël, Une Alliance été faite entre Esaü et Ismaël, il s’agit donc d’une alliance entre l’occident et Islam dans le dessin de détruire Israël et c’est précisément ce que l’on voit aujourd’hui : L’occident finance et arme Ismaël en Palestine afin d’éliminer Israël.

Il y a des millénaires, Rabbi Itshak a dit : L’année où se dévoile le Mashiah (Messie) tous les rois se chercheront querelle – le roi de perse sera en conflit avec le roi des arabes (Arabie Saoudite ou Irak) et le roi des arabes ira chercher de l’aide auprès d’Edom (USA) ET LE ROI DE PERSE METTRA LA DESTRUCTION EN ACTION (terrorisme) et tous les peuples auront très peur et Israël sera pris de panique….où ira-t-on ? Et la réponse du ciel : « n’ayez crainte… Le moment de votre délivrance est arrivé »

De tels exemples sont légions dans les Saintes Ecritures.

Que faire ?

L’angoisse et la panique se saisissent facilement du plus grand nombre et la vision de la situation mondiale et de l’avenir est obscurcie et troublée pour plusieurs : démotivation, angoisse, désespoir, absence detsahal-la-pieuseprojet, confusion, peur, colère, haine etc. D’autres, pour échapper à la réalité, se réfugient dans un festival de plaisirs et de débauches, ne sachant pas qu’une ruine soudaine les surprendras selon qu’il est dit : « Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. » (1 thessaloniciens 5.3) . Ces choses vont aller en grandissant et ont d’ailleurs déjà atteint un niveau critique. Mais pour ceux qui aiment Dieu qui écoutent sa parole et la mettent en pratique, c’est au contraire un temps de réjouissance et de clarté selon qu’un homme a dit un jour : « plus épaisse est la nuit, plus proche est le jour. »

Rappelons nous des paroles du prophète Ésaïe : « Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? La sentinelle répond : Le matin vient, et la nuit aussi. » (Esaïe 21.11-12). Oui la nuit est là et peut s’épaissir mais le matin arrive pour ceux qui restent attachés à Dieu en esprit et en vérité. Comme le dit Pierre : restons plein d’espérance et de foi en Dieu « jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos coeurs » (2 Pierre 1.19).

L’heure est à la repentance, à la foi dans le seul vrai Dieu et dans son Messie Yeshoua(Jésus) qu’il a donné pour la vie du monde il y a plus de 2000 ans ! Etes-vous inscrits dans le livre de vie ? Si vous avez des doutes, ne laissez pas de repos à votre âme tant que vous n’avez pas acquis la certitude du pardon offert par Dieu. Comme à l’époque de Noë, la porte de l’arche est encore ouverte et Dieu le dit à chacun : « Rentrez donc dans l’arche et fuyez la colère à venir qui va se déverser sur ce monde » selon qu’il est dit : « Va, mon peuple, entre dans ta chambre, Et ferme la porte derrière toi; Cache-toi pour quelques instants, Jusqu’à ce que la colère soit passée. » (Esaïe 26:20) et aussi : « On raconte comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir. » (1 Thessaloniciens 1.9-10).

Se repentir et avoir la foi, c’est reconnaître sa nature pécheresse, demander pardon à Dieu pour toutes nos innombrables fautes, croire dans le Messie Yéshoua qui a payé à votre place la facture de vos fautes et qui est ressuscité, se tourner de tout notre coeur vers Dieu et désormais mettre tout en oeuvre pour faire le bien et lui être agréable, d’un coeur sincère et entier, le connaître et cesser de transgresser les ordres du Saint, en quelques mots : écoutez la parole de Dieu et la mettre en pratique. Ainsi, l’entrée et une belle part dans le royaume éternel de Dieu à venir vous sera accordée. « A cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité. Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Yéshoua Ha Mashiah (Jésus le Messie). Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés. » (2 Pierre 1.5-9)

Pour connaître davantage le coeur du message de l’Evangile, consultez la rubrique « Découvrez la Bonne Nouvelle »

Dieu-humilite-priere-300x164Dieu ne nous demande évidemment pas la perfection des le début de la conversion mais il nous demande de mettre en pratique ce que l’on a déjà compris et, à chaque fois qu’un peu plus de lumière pénètre en nous, que l’on puisse se mettre à l’oeuvre et grandir ainsi dans la sanctification. Yeshoua a versé de son précieux sang sur la croix du calvaire pour payer et effacer les innombrables fautes de quiconque se repent et décide de suivre Dieu et son Messie.

Que le Tout-Puissant protège son peuple et le conduise dans les sentiers de la Téchouva (repentance), de la Torah, du retour en Eretz Israël (Terre d’Israël) avec le très prochain dévoilement merveilleux et tant attendu du Messie ! La délivrance finale est à la porte. Que chacun se fortifie et prenne courage, le dévoilement de Dieu et le jugement du monde n’a jamais été aussi proche !

« Béni soit l’homme qui se confie dans l’Eternel, Et dont l’Eternel est l’espérance ! Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant; Il n’aperçoit point la chaleur quand elle vient, Et son feuillage reste vert; Dans l’année de la sécheresse, il n’a point de crainte, Et il ne cesse de porter du fruit. » (Jérémie 17.7-8)

Note Importante :

Bien que faisant l’objet du plus grand respect de la part de toute l’équipe du site et bien que nombre de leur propos et enseignements Torahique sont infiniment précieux, en dehors de cette série vidéo, plusieurs enseignements des rabbins présentés dans cette série ne reflètent pas nécessairement les opinions du site web notamment dans leur refus de reconnaître Yéshoua comme étant le Messie venu une première fois sous la forme du Messie Ben Joseph (Messie souffrant à l’image des épreuves de Joseph) avant de revenir sous la forme du Messie ben David, c’est à dire le Messie Roi des rois qui revient pour la délivrance finale rétablir la vérité et faire régner la paix dans le monde, Messie attendu également par les juifs. Ces choses se produisent afin que s’accomplissent ces paroles de l’écriture :

« Une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que la totalité des païens soit entrée. Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit : Le libérateur viendra de Sion, Et il détournera de Jacob les impiétés; Et ce sera mon alliance avec eux, Lorsque j’ôterai leurs péchés ». Il est cependant à noter qu’il existe des centaines de milliers de juifs ayant eu la révélation de Yéshoua(Jésus) comme étant Le Messie annoncé par les prophètes de la Torah (Bible Hébraïque). Leurs enseignements parfaitement en phase avec le contexte des Saintes Écritures et de la pensée hébraïque sont très précieux et permettent de toujours mieux comprendre les grandes erreurs qui se sont glissées dans le Christianisme moderne depuis l’émergence du catholicisme dans les premiers siècles avec notamment la fausse doctrine du remplacement : l’église remplacerait Israël. Bien qu’il existe énormément de chrétiens sincères ayant expérimenté le pardon des péchés et la joie du Salut offert par le Messie Yéshoua, il est indéniable de constater qu’en se coupant de ses racines, le mensonge et l’erreur ont inévitablement imprégné l’église et ont attiré beaucoup de maux sur l’ensemble des croyants. Le retour aux sources n’en sera que plus bénéfique.

6 mars, 2015

Libye : l’Iran prépare le Jihad contre l’Europe

Classé dans : Non classé — islamvouscache @ 2:01

gal-2780329_558_372

Les services secrets d’Iran, du Qatar, du Soudan et de Turquie menacent l’Europe et l’Afrique de l’Ouest, à partir de la Libye.

Le Soudan d’Omar El-Béchir sert de convecteur entre des forces a priori « hostiles », sur d’autres théâtres de guerre, mais parfaitement homogènes, lorsqu’il s’agit de la guerre contre les Infidèles, malgré le substrat du conflit théologique Sunnites-Chi’ites qui s’exprime encore ailleurs. 

 

La consolidation d’un Califat autoproclamé offre au camp jihadiste un tremplin vers l’Afrique et le sud de l’Europe.

Cette percée stratégique, fortement appuyée par le Qatar, le Soudan, l’Iran et la Turquie a déjà commencé et elle souligne la transformation des mouvements jihadistes takfiris, des Frères Musulmans (Ikhwan) et de bien d’autres anciens mouvements appartenant ou ayant appartenu à Al Qaïda.

 

Rome

Rome est désormais la prochaine cible :  / Winston Ross / Newsweek

Bien que les forces jihadistes aient occupé Tripoli dès octobre 2011 – comme conséquence directe de l’intervention militaire occidentale qui a contribué à renverser l’Administration de Mouammar Kadhafi en Libye- elles ne sont pas parvenues à consolider leur pouvoir et à s’accaparer l’appareil d’Etat pour lui imposer leurs objectifs islamistes. Par la suite, la Libye a sombré dans des combats fratricides dont l’escalade se poursuit, entre une myriade de milices et de forces localisées.

Au début de 2014, les Etats parrainant le Jihad ont commencé à capitaliser sur le chaos organisé en Libye, dans le but de transformer les groupes jihadistes détenant des régions de Libye en tremplins sûrs pour la propagation du Jihadisme takfiri, autant en direction de l’Afrique de l’Ouest que contre le Sud de l’Europe.

Au début 2015, la Libye n’existe plus en tant qu’Etat viable, puisqu’elle s’est métamorphosée, au moins pour les temps à venir, en une vaste toile de petits dominions se battant les uns contre les autres.

Les Jihadistes libyens appartenant à des entités globales, les Jihadistes étrangers et les Etats sponsorisant le Jihad ont joué un rôle décisif dans la victoire du soulèvement libyen et le renversement du gouvernement Kadhafi, en 2011. Alors que la puissance de feu aérien de l’OTAN a été cruciale dans la destruction de la machine de guerre de Kadhafi, le camp jihadiste a été décisif dans la prise de pouvoir sur le terrain au détriment de la myriade de tribus et clans indigènes libyens. Ces contradictions sont au cœur des combats fratricides qui éclatent à travers toutes ces régions de ce qui était autrefois la Libye et ses environs.

En arrière-fond, l’Iran, le Soudan et leurs supplétifs –essentiellement le Hamas et le Hezbollah – ont été les premières entités jihadistes sur le terrain de l’Est libyen, en 2011, à la fois, en aidant le soulèvement anti-Kadhafi et pour y chercher comment ils pourraient tirer profit du chaos qui prévaut.

Une poignée d’officiers iraniens et soudanais étaient déjà arrivés à Benghazi, depuis le Soudan, dès la troisième semaine de février 2011 et ils ont, très vite, rencontré des officiers supérieurs qui avaient fait défection et pris parti pour les rebelles.

En mars 2011, le Corps des Gardiens de la Révolution Iranienne a établi un centre de commandement de haut-niveau à Benghazi. Le Général de Brigade du CGRI, Mehdi Rabbani – un proche confident du Commandant des Forces al Qods, Qassem Souleimani et l’adjoint au Commandement du CGRI à Téhéran, sur la base Tharallah – a été nommé Commandant des opérations en Libye. (En décembre 2012, Rabbani a été promu chef-Adjoint des opérations du CGRI et a pris en charge des problèmes sécuritaires fondamentaux tels que la défense du Golfe Persique).

L’officier supérieur sur le terrain était Ibrahim Muhammad Judaki, du contingent des Forces al Qods au Liban. Son adjoint était Khalil Harb, alors conseiller spécial du Secrétaire Général du Hezbollah, en charge de la coopération et du soutien avec les groupes palestiniens, yéménites et d’autres sur des points jugés sensibles. Un autre membre important du groupe iranien était Abdul Latif al-Ashkar, l’un des principaux experts en logistique du Hamas, qui a été pris pour cible et éliminé par Israël, près de Port-Soudan, dans la nuit du 6 au 7 avril 2011.

Leur mission initiale était de développer la vente d’armes et de munitions en direction de toutes les forces jihadistes anti-occidentales. Les Iraniens transportaient avec eux des sommes d’argent d’une valeur de plusieurs millions, en diverses monnaies (euros et dollars), en liquidités. Ils portaient une attention particulière à l’achat d’armes chimiques (AC) à destination du Hamas et du Hezbollah.

L’objectif de Téhéran était de fournir les capacités d’une guerre chimique à ses protégés, en provenance de tierces parties, de façon à ce que l’Iran ne soit pas directement impliqué, au risque de faire l’objet de représailles, si le Hamas ou le Hezbollah utilisait ces armes contre Israël. A la fin mars 2011, les deux premiers petits convois prenaient la route pour le Soudan, en passant par Kufra. Un convoi transportait des conteneurs tactiques et l’autre un certain nombre d’obus. Cette tentative a conduit Israël à prendre pour cible et à tuer Abdul Latif al-Ashkar, alors qu’il s’apprêtait à charger ces armes depuis le Soudan vers la Bande de Gaza, par la Péninsule du Sinaï.

Les Jihadistes sunnites – aussi bien Libyens qu’étrangers – qui arrivaient pour aider leurs frères du LIGF (Al-Jama’a al-Islamiyyah al-Muqatilah bi-Libya: LIFG) en Cyrénaïque, ont rapidement consolidé un bastion jihadiste sous l’étendard de l’Emirat. L’un des principes fondamentaux de la doctrine jihadiste des années 2004/05, en ce qui concernait le Jihad localisé, tel que conçu par Ayman al Zawahiri et la Shura Kabira, consistait à prendre pied, en vue de construire les conditions du Jihad et de bâtir une base viable pour le courant islamiste, partout où c’était faisable et même en coopération ou partenariat avec des éléments non-Islamistes. Alors que la Cyrénaïque devenait un bastion important pour le Jihadisme, autant qu’une porte d’entrée vers l’Egypte, le Soudan, le Sahel et le Sud de l’Europe, il était impératif de consolider encore plus ce sanctuaire, dès que le moment semblait propice. Les Jihadistes se sont rapidement assurés qu’aucun gouvernement futur, en Libye ne soit en mesure de saper l’émirat dominé par le LIFG, entre Darna et Baida, au risque qu’eux-mêmes ne décident de lancer une guerre civile encore plus violente.

Effectivement, les Jihadistes ont immédiatement commencé à disperser des convois de camions remplis d’armes et de munition, de l’Est libyen via le Tchad à destination des camps d’AQMI dans le Sahel (principalement au Niger et au Mali).

Pendant ce temps, à l’automne 2011, le chaos libyen servait de couverture à la consolidation d’un grand nombre d’entités jihadistes se concentrant sur d’autres fronts. Cependant, cela a nécessité l’intervention de divers Etats parrains du Terrorisme : essentiellement le Qatar, la Turquie et l’Iran, par l’entremise du Soudan – pour transformer la victoire jihadiste en Libye en un tremplin efficace pour l’exportation de ce Jihadisme à travers de très vastes régions.

La leçon n°1 que Doha a tiré de la crise libyenne – qui constitue la première vraie ingérence directe du Qatar dans le jeu des grandes puissances – c’est que l’argent ne suffit pas et qu’il n’y a pas d’alternative à l’intervention directe sur le terrain, en matière d’opérations subversives et terroristes.

D’où, Doha s’est lancé dans la construction d’une « Légion étrangère jihadiste » qui fournirait au Qatar la capacité d’intervenir dans les contingences sunnites en tous genres, en commençant par le jihad en Syrie, qui était encore à l’état naissant. Le chef d’Etat-Major de l’époque, Maj.-Gen. Hamad bin Ali al-Attiyah, a personnellement supervisé les aspects militaires de ce programme. Son commandant en chef était le chef Jihadiste libyen Abdel Hakim Belhaj, arrêté puis relâché par les Américains. Cette nomination lui permettait de se trouver bien loin de la tourmente en Libye et de l’incapacité du CNT à l’installer soit comme Ministre de la Défense ou chef de l’armée. Les adjoints de Belhaj étaient Al-Mahdi Hatari, l’ancien commandant de la Briogade Tripoli) et Kikli Adem ( le fidèle bras droit de Belhaj, depuis les beaux jours du LIFG).

Les principales installations d’entraînement, pour la Légion étaient situées à Darna, le centre de l’Emirat jihadiste libyen. Entre le début 2011 et le début 2014, le monde du Jihad a été agité par un grand débat théologique concernant l’avenir, au regard des insurrections (intifadas) locales qui bousculaient le Moyen-Orient. La Shura Katiba d’Osama Ben Laden n’a jamais vraiment voulu croire dans les perspectives d’Etats Jihadistes durables, comme sources viables pour la propagation du Jihad et a rejeté le concept en tant qu’objectif stratégique, après la chute de l’Emirat taliban en Afghanistan.

Bien que Ben Laden menait les campagnes visant à soutenir les Intifadas contre les régimes, il ne croyait pas à la naissance d’Etats Islamistes, tels que l’Egypte du Président Mohamed Morsi, qu’il pensait voué à la disparition dans un monde hostile. Au contraire, un groupe d’érudits néo-salafistes considéraient ces soulèvements comme le commencement fatidique de la « Bataille de la Fin des Temps », pour la conquête du Moyen-Orient et de l’Afrique. Selon la tradition, cette bataille apocalyptique se mènerait en ash-Sham (Syrie) dans la plaine de Dabiq. Ces érudits ont défini les prérequis théologiques pour formuler les conditions d’avènement de cette bataille, dans ce qu’ils ont appelé la « Promesse de Khorasan », qui commence par l’impératif de la création d’un Califat jihadiste.

Le premier Califat de ce genre est instauré en Al-Jazira (Irak) sous la férule du nouvel « Emir de la Foi », Abu Bakr Al Baghdadi al Qurashi. Un autre sujet fondamental qui divise le monde jihadiste concerne la coopération avec l’Iran Chi’ite, qu’a encouragé al Zawahiri, étant donnés les énormes bénéfices de cette alliance pour les Jihadistes, et, à l’origine, Al Baghdadi a interdit ces alliances logistiques au nom de l’orthodoxie sunnite, mais a légèrement assoupli ces principes pour des raisons purement pragmatiques. Ce prfond débat théologique ( au sein de l’islamisme sunnite) a ralenti la consolidation des tremplins jihadistes en Libye et sur d’autres fronts du Jihad partout à travers le monde.

La consolidation d’un autre Califat jihadiste dans l’Est de la Libye s’est accélérée depuis le début 2014, à cause de la nécessité de soutenir les Jihadistes égyptiens contre la popularité et le pouvoir croissant du Président Abdel Fattah al Sissi.

En mars, une vaste coalition de Jihadistes – dont les Frères Musulmans d’Egypte, le Hamas et al Qaïda – a commencé à bâtir une Armée Libre d’Egypte dans l’Est de la Libye, sous le patronage qatari, turc et iranien.

« L’émir » de cette Armée Libre Egyptienne (ALE) est Sharif al-Radwani. L’officier de liaison de cette armée avec les Qataris est Abu-Ubaida, un commandant chevronné d’al Qaïda, qui a travaillé avec les Qataris en Libye, en Syrie et sur d’autres projets sensibles.

Les objectifs initiaux de l’ALE sont de viser les installations vitales, de déferler sur les prisons pour libérer les Frères Musulmans détenus et de rendre l’Egypte d’al Sissi proprement ingouvernable. Les services de renseignements libyens soutiennent ces préparatifs. De vastes quantités d’armes, de véhicules et d’autres équipements sont livrés aux groupes égyptiens et stockés dans l’Emirat de Darna, attendant d’être expédiés en Egypte.

En juin 2014, les dirigeants d’AQMI ont cherché à réconcilier la Shura Kaiba d’Al Qaïda et les érudits de la Promesse de Khorasan. Dans un communiqué du 22 juin 2014, AQMI a reconnu la prédominance d’Ayman Al Zawahiri, en tant que « notre Cheikh et Emir » et exhorté Daesh à se réconcilier avec lui. Cependant, lorsque ces appels d’AQMI ont été rejetés par la Shura Kaiba d’Al Qaïda, AQMI a annoncé son allégeance à Daesh. Le 1er juillet 2014, le Cheikh Abdullah Othman al-Assimi a posté un message-vidéo au nom du JiHad al Qaïdat au Maghreb et dans les régions trans-sahariennes.Assimi, dont le nom véritable reste inconnu à ce jour, est le chef de l’organisation et un juriste islamiste prédominant. La base de sa domiciliation se situe dans les montagnes et les forêts de Boumerdes et de Tizi-Ouzou, en Algérie.

« Mon groupe veut construire des liens amicaux avec Daesh. Vous êtes plus chers à nos yeux que notre propre tribu et famille et vous obtiendrez toujours notre soutien », a déclaré Assimi. « Nous attendons encore que les branches d’Al Qaïda à travers le monde révèlent leurs positions et déclarent leur soutien à Daesh ». Assimi faisait allusion à ce soutien pour les interprétations des lois du Jihad. « Après le silence des gens concernés, nous voulions affirmer notre position pour le salut de la Justice,pour les Jihadistes de Daesh sachent que nous ne leur ferons pas défaut. Nous disons à tous les Musulmans que nous avons vus la Justice dans l’approche de Daesh et qu’ils sont parmi les plus obéissants au sein du peuple d’Allah et ceux les plus dévoués envers le Prophète ».

C’était une approbation très importante des principes articulés dans la Promesse de Khorasan. Pendant ce temps, un groupe de Mudjahidin libyens, dont des vétérans du Jihad en Syrie, ont annoncé, à la mi-juin 2014, la formation d’un groupe jihadiste takfiri dans l’Est libyen, appelé les Brigades al-Battar. Cette brigade est modelée sur Daesh et était, préalablement affiliée à lui, par l’entremise de mujahidins libyens, autant en Libye qu’en Irak. L’objectif fondamental de la brigade Al-Battar consistait à prendre le contrôle de la city de Darna – le cœur du Jihadisme et de l’Islamisme libyen – et d’éradiquer les traîtres à la cause jihadiste takfirie.

 

« Nous leur couperons la tête, leur ouvrir l’estomac et couvriront la Libye de leurs cimetières », dans le but d’atteindre ces objectifs, dit le communiqué d’al-Battar. Au même moment, la Brigade al-Battar a continué à coopérer avec l’Ansar Al-Sharia lié à Al Qaïda, l’entité fondamentale jihadiste qui expédie le mouvement jihadiste et réalise des transferts d’homme et d’armes entre le théâtre de guerre de Syrie-Irak et des centres locaux tels que la Libye.

A la fin juillet, les dirigeants jihadistes régionaux se sont rencontrés dans le Sud de la Libye, dans le but de mieux coordonner leurs opérations, d’examiner la possibilité de l’unification des groupes du Sahel et du Maghreb et de s’accorder sur une position commune, au sujet de la controverse théologique entre Zawahiri et Baghdadi. Cette réunion comprenait les commandants principaux d’AQMI, d’Ansar al Sharia (de Tunisie et Libye), d’Ansar Baït al Maqdis (Egypte), El Mourabitounes et Ansar al-Din (du Nord-Mali). Vers la mi-août 2014, la présence de Jihadistes takfiris appartenant au KHI (Daesh) à travers tout le Maghreb et le Sahel était palpable. . Les Jihadistes takfiris ont largement étendus leurs réseaux de recrutement de volontaires pour combattre dans les rangs de Daesh en Syrie-Irak. Ils ont aussi supervisé la conversion des réseaux et groupes existants à leur forme de jihadisme takfiri.

Ce processus s’est accéléré par le retour des combattants jihadistes vers le Maghreb et le Sahel. Certains de ces vétérans ont assumé le commandement d’entités et porté la bannière du Califat. Dirigés par le Commandant algérien Luqman Abu Sakhr, la Brigade Uqba Ibn Nafi Brigade, basée en Tunisie a, formellement, rejoint Daesh. La brigade a aussi revendiqué la responsabilité de l’attaque qui a tué 15 soldats tunisiens en juillet 2014, sur la frontière avec l’Algérie. A la mi-septembre 2014, le Commandant principal Khaled Abu Suleiman (dont le véritable nom est Gouri Abdelmalek) remarquait que : «  Puisque le Maghreb avait dévie de la vraie voie du Jihad », il retirait ses hommes d’AQMI.Il a annoncé l’instauration des Soldats du Califat en Algérie (Jound al-Khilafa fi Ard al-Jazayer)  et juré allégeance à Abu Bakr al Baghdadi et au Califat Islamique. Les soldats du Califat ont kidnappé et décapité un citoyen français, Hervé Gourdel,  afin de faire la démonstration de leur adhésion à la doctrine takfirie du Califat d’al Baghdadi. De plus, autant Abu Ayaz, le chef d’Ansar al Sharia en Tunisie, que Mohammed al-Zahawi, le chef d’Ansar al Sharia en Libye, ont commencé à graviter autour de la doctrine takfirie, résultat de discussions théologiques profondes avec Luqman Abu Sakhr.

Par conséquent, les principaux commandants régionaux se sont joints aux préparatifs en vue de l’instauration d’un Califat Islamique du Maghreb Islamique (CIMI). Mokhtar Belmokhtar, actuellement chef d’al-Murabitun dans le Sud Libyen, est le candidat favori pour le poste d’Emir du CIMI. A l’automne 2014, il supervisait l’organisation du fameux « Triangle Salvador » dans le no man’s land formé par les frontières de la Libye, de l’Algérie et du Niger. Les cadres d’al-Murabitun, d’al-Battar et des experts jihadistes étrangers ont bâti trois camps d’entraînement secrets dans le Sud de la Libye. Ces camps servent de centre pour le Jihadisme takfiri à travers tout le Maghreb et le Sahel, en fournissant une expertise en matière d’entraînement, d’organisation de réseaux et d’équipement pour plusieurs centaines de Jihadistes à n’importe quel moment voulu.

Cependant, de toutes, l’évolution la plus importante affectant les courants jihadistes libyens et la totalité de la région occidentale de l’Afrique, s’est déroulée à Khartoum, au Soudan….

A partir de la fin du printemps 2014, Khartoum et Téhéran ont commencé à restaurer les conditions de leur essor en Afrique de l’Ouest. Il ne s’agissait pas d’une décision simple, pour Khartoum, parce que le Soudan était, à ce moment-là, profondément impliqué dans le parrainage et l’assistance à une myriade de mouvements djihadistes à travers le Moyen-Orient. Certains de ces groupes étaient des groupes jihadistes takfiris très violemment anti-chi’ites et anti-iraniens. En outre, les renseignements soudanais coopéraient étroitement avec les renseignements turcs et les principaux Etats conservateurs du Golfe, conduits par le Qatar. A l’été 2014, le Président du Soudan, Omar el Béchir a ordonné à la totalité des services de sécurité nationaux et à l’élite des renseignements du Soudan de réexaminer la position complète de la Défense du pays, au regard des menaces et opportunités prévalentes et émergentes.

Le 1er juillet 2014, El Béchir a présidé une réunion d’étape à Khartoum avec les principaux responsables militaires et sécuritaires du pays, lors de laquelle la position stratégique globale du Soudan a été réévaluée. Une attention pzarticulière a été consacrée aux relations stratégiques avec l’Iran et leur impact sur la situation vis-à-vis de la Libye. Le Général Siddiq Amer, Directeur Général des renseignements et de la sécurité a rappelé à Béchir que « l’Iran a entraîné, pour nous, une centaine d’officiers dans les domaines des technologies avancées et des champs comme le décodage, l’espionnage, en supplément des techniques de renseignements militaires et il nous fournit tout l’équipement nécessaire, au profit de la guerre de l’information au Soudan ».

Le Général Yahia Muhammad Kheir, le Ministre d’Etat à la Défense, a résumé la contribution de l’Iran au développement des capacités stratégiques du Soudan, en particulier, dans le transfert de systèmes d’armements de Libye. « Les deux-tiers des armements sophistiqués de Kadhafi sont entre nos mains », a déclaré Kheir. Kadhafi ne les a pas utilisés, parce qu’il lui manquait certaines expertises techniques, mais nos experts, grâceà la collaboration des experts iraniens, ont réussi à développer certains missiles et à les rendre opérationnels ». Lt.-Gen. Ismail Breima Abdel-Samad, le chef d’Etat-Major des forces aériennes, a ajouté que la base aérienne de Kenana, construite par l’Iran, au sud de Khartoum était le centre de ce programme stratégique.

« La base aérienne de Kenana est placée dans des souterrains et conçue grâce à des technologies avancées et des mesures de sécurité qui lui sont propres. C’est là que nous entreposons toutes les cargaisons d’armes que nous recevons de nos amis ». El Béchir a résumé les débats en affirmant ce que seraient les politiques soudanaises et leurs futurs objectifs. Il a insisté sur l’importance de l’implicztion permanente du Soudan en Libye, en soutien à toutes les forces jihadistes. Il a souligné : « Nous profitons pleinement des armements de Kadhafi qui sont entre nos mains, nous pouvons continuer à les développer. Nos alliés de mouvements islamistes soint puissants. Nous contribuerons à entraîner l’armée libyenne. Je leur ai conseillé de s’assurer que toutes les forces de sécurité et de l’armée sont bien fidèles aux Islamistes. Vous devez poursuivre la coordination avec eux. Par la suite c’est la chaîne de décision politique libyenne qui finira complètement entre nos mains et sous notre contrôle total, dès que les forces islamistes auront fini d’écraser totalement Haftar. Dites aux autorités libyennes que nous sécuriserons leurs réserves pétrolières [pour eux]. Il est évident que les Islamistes triompheront, grâce au soutien constant du Qatar et de l’Iran, comme vous le savez. Aujourd’hui, les Libyens ont joint leurs forces aux nôtres etnous les soutenons grâce à nos renseignements et à nos armements. Le Tchad est un allié stratégique et nous joindrons nos forces aux leurs. En outre, l’opposition tchadienne est aussi sous notre contrôle et nous pouvons profiter d’elle en les conservant comme une armée de réserve [contre le pouvoir en place, au cas où] ».

En conclusion, El Béchir a souligné que les relations internationales du Soudan devaient toujours être subordonnées à « nos relations avec l’Iran et les Frères Musulmans et les mouvements jihadistes salafistes qui sont financés par l’Iran et le Qatar ». Le Soudan ne peut prien chager à nos relations avec l’Iran et avec nos frères » en comptant sur des relations inutiles avec les Etats occidentaux et arabes. El Béchir a insisté sur le fait que ces assertions découlent de la quintessence même du mode de gouvernement à Khartoum : « Nous sommes des révolutionnaires de la résistance islamique et nous refusons la domination de l’Amérique sur le monde arabe et le continent africain. Notre relation nous enseigne et nous encourage à combattre et à terroriser l’ennemi par tous les moyens, et à préparer nos forces pour nous confronter à lui. Nos Martyrs vont au paradis, mais leurs morts à eux vont directement en enfer. Il n’y a plus aucun moyen de mettre un coup d’arrêt à cet immense mouvement du Jihad », a décrété El-Béchir.

Le 31 août 2014, la totalité du cercle dirigeant s’est réuni à Khartoum afin de délibérer de la formulation stratégique exacte à adopter sur la base des leçons tirées de la rencontre du 1er juillet avec El Béchir.

Le Gen. Abd al-Rahim Muhammad Hussein, le Ministre de la Défense a déclaré que les relations exceptionnelles avec l’Iran devaient absolument rester au cœur de la conception de la sécurité nationale du Soudan.

« Je commencerai par notre relation avec l’Iran et je dirais qu’il s’agit d’une relation stratégique qui durera toujours. Nous ne pouvons faire le moindre compromis ni la perdre. Tout l’avancement de notre industrie militaire provient d’Iran. Ils nous ont ouvert les portes de leurs entrepôts, à un moment où les Arabes se levaient contre nous. Le soutien iranien est arrivé lorsque nous combattions une rébellion qui se propageaient dans toutes les directions, y compris par le biais de l’Alliance Démocratique Nationale. Les Iraniens nous ont apporté des experts et ils entraîné nos services de renseignements militaires et les cadres de notre sécurité. Ils nous ont aussi entraînés à la production d’armes et nous ont transféré une technologie moderne en production industrielle militaire. Il y a, ici, un bataillon complet de Gardiens de la Révolution Islamique, toujours près de nous et bien d’autres experts qui construisent des bases d’interception et d’espionnage, dans le but de nous protéger, ainsi qu’un système de défense anti-aérienne avancé. Ils ont construit pour nous les bases de l’aviation militaire de Kenana et de Jebel Awliya ».

Le Gen. Siddiq Amer, Directeur-Général des Renseignements et de la Sécurité, s’est accordé sur ce point et a déclaré que : « L’Iran est notre plus grand allié dans la région, en termes de coopération dans le domaine des renseignements et de la production militaire industrielle. Nous avons des relations avec tous les autres mouvements islamiques à travers le Monde entier et nous représentons la porte d’entrée, pour l’Iran, en direction de tous ces groupes islamiques ».

Amer a appuyé un précédent commentaire de la part d’Hussein, en faisant remarquer que : « L’Etat Islamique et les autres mouvements jihadistes viennent d’être récemment formés et ils parviennent à se déplacer librement en-dehors et sous les radars de tous les réseaux traditionnels de surveillance, actuellement, il y a au moins 20.000 Jihadistes et 15 nouveaux mouvements jihadistes récemment mis sur pied, qui sont dispersés un peu partout, du Maroc à l’Egypte, dans le Sinaï, en Palestine, au Liban, en Irak et dans tous les Etats du Golfe, une vaste présence en Afrique et enEurope et personne ne possède une base de données telle que celle dont nous disposons ».

Les services de renseignement de plusieurs Etats du Golfe ont recherché l’aide du Soudan en matière de renseignements et de contacts, parce que ces Emirats ne savent rien, en ce qui concerne les groupes islamistes en Libye, Somalie, au Nigéria, au Mali et dans les pays arabes d’Afrique du Nord. Kheir a alors recommandé que Khartoum donne le change en semblant coopérer avec les Etats du Golfe dans la stricte mesure des intérêts du Soudan. « Nous ne sacrifierons pas nos relations avec les Islamistes et l’Iran pour une relation avec l’Arabie Saoudite et les Etats du Golfe », a déclaré Kheir. Amer n’a vu aucun problème non plus à tâcher de trouver un point d’équilibre entre les Etats du Golfe et l’Iran. « Nous sommes parfaitement capables de tromper les Etats du Golfe en faisant comme si nous faisions une ouverture, par des mesures déclaratives et quelques procédures visant à améliorer nos relations diplomatiques avec eux », a-t-il assuré.

Cette rencontre a aussi opéré une plongée dans les relations du Soudan avec les forces jihadistes en Libye et leur impact sur l’accroissement de la coopération avec le Qatar et la Turquie dans le parrainage des forces jihadistes à travers toute l’Afrique.

Hussein a expliqué que les pratiques de coopération sont déjà en cours en Libye. Il a illustré le rôle unique du Soudan, en tant que médiateur entre l’Iran et les puissances sunnites. Hussein a fait remarquer : « Les Iraniens trtansportent pour nous des lance-missiles anti-aériens BM et leurs roquettes en utilisant l’aviation civile. Nous les entreposons à Kenana et en vendons une partie au Qatar, pour le soutien logisitique aux Jihadistes de Libye, depuis qu’ils ont été la cible d’attaques aériennes des forces égyptiennes et émiraties. Cela les aidera à accomplir la victoire ».

Gen. Imad al-Din Adawy, le Chef des opérations conjointes s’est exprimé sur les toutes dernières évolutions en matière de coopération, avec et à l’intérieur de la Libye. « Nos forces conjointes avec le Tchad sont à leur meilleur niveau. La frontière libyenne est totalement sécurisée, particulièrement après la victoire de nos alliés (Les forces ibyiennes de l’Aube) à Tripoli. Nous réussissons à leur livrer des armes et des équipements militaires offerts par le Qatar et la Turquie et nous formons des centres d’opérations conjointes sous les ordres d’un colonel, de façon à coordonner et administrer les opérations militaires. La Turquie et le Qatar nous fournissent les renseignements en faveur des révolutionnaires, au top des informations recueillies par nos propres agents, de façon à ce qu’ils puissent contrôler la totalité du pays ».

Amer a souligné les perspectives de relations à long terme avec la Libye, grâce à l’assistance professionnelle des renseignements soudanais : « Nous avons intensifié le travail pour entraîner et grader des cadres des renseignements libyens. Actuellement, ils suivent une formation poussée sur les opérations internet, le décryptage des codes, l’interception d’écoutes téléphoniques et de fréquences radio sans fil. Leurs dirigeants nous demandent deles entraîner et d’instaurer pour eux un système de renseignements militaires très puissant. ».C’est grâce aux renseignements militaires  libyens que le Soudan, non seulement dominera les Jihadistes de Tripoli, mais pourra également ouvrir la porte d’une arrière-cour à l’Iran.

Pendant ce temps, on a assisté, à l’été 2014 à la construction de relations de coopération entre les services de renseignements d’Iran, du Soudan, du Qatar et de Turquie en Libye et à l’acceptation du rôle central et unique du Soudan. Au début de l’été 2014, Nouri Abusahmain – alors, à ce moment-là Président du Congrès National Général libyen ( en poste entre le 25 juin 2013 et le 4 août 2014) – a entrepris un déplacement secret à Khartoum pour réclamer des fonds et des cargaisons d’armes, de façon à soutenir la prise de pouvoir par des milices jihadistes appartenant aux Frères Musulmans.

Les Libyens ont nommé Ahmad al-Zuway, un responsable de l’Ikhwan (Frères Musulmans) ayant des liens tribaux au Soudan, comme l’homme dirigeant la coopération des renseignements militaires avec le Soudan. La première mission de Zuway a consisté à superviser l’afflux d’armes et de Jihadistes, dans des voitures et des camions venant du nord-ouest du Soudan par Kufra (au Sud-Est de la région du Cyrénaïque, en Libye). Par ce biais, l’Ikhwan a pu procéder à l’expansion des milices jihadistes de l’Aube, grâce à de nouveaux combattants, des armes et des munitions provenant du Soudan.

Des avions de transport décollaient du Soudan, atterrissaient et se répaprovisionnaient en carburant à Kufra, ils poursuivaient vers l’aéroport de Tripoli, à Mitiga, qui est contrôlé par les milices de l’Aube. Ces livraisons ont permis aux milices de l’Aube de maintenir leur mainmise sur la zone vitale de Tripoli-Misrata, forçant ainsi les hommes politiques libyens opposés aux Islamistes à s’enfuir vers Tobrouk, près de la frontière égyptienne. Pendant ce temps, de façon à expédier les flux d’armes et de munitions, le Soudan a aussi commencé à livrer Kufra par voie aérienne, en supplément des convois incessants de camions.

A l’automne 2014, Doha a décidé d’institutionnaliser et de formaliser cettre coopération avec Khartoum, dans le but de s’assurer que sa présence ne soit pas bannie en Libye et sur d’autres fronts jihadistes, principalement en Afrique. Au cours du mois d’octobre 2014, Foha et Khartoum ont négocié plusieurs accords soudano-qataris, certains sous le sceau du secret et d’autres non. Au début novembre 2014, le Ministère Qatari de la Défense, Hamad bin Ali al-Attiyah et leMinistre de la Défense soudanaise, le Général Abd al-Rahim Muhammad Hussein ont signé un accord complet de coopération militaire à Doha.A la cérémonie des signatures assistait le chef d’Etat-Major des forces armées qataries, le Général-Major Ghanim bin Shaheen al-Ghanim, qui s’est, ensuite occupé au jour le jour de leur mise en œuvre.

L’accord couvre « l’entraînement, la formation, les échanges d’expertise, les exercices conjoints, les investissements conjoints, l’échange de visites officielles, la promotion de la coopération entre les deux armées et l’échange d’études militaires au niveau des institutions académiques militaires ».

L’accord s’étend aussi aux « Echanges d’expertise en logistique et dans le champ industriel, dont le service de détachement d’officiers et d’experts avec la coopération médiacale militaire. Faisant partie de l’accord de coopération militaire, le Qatar s’engage à « livrer du gaz naturel au Soudan ». Dans le cadre des accords secrets sur la coopération entre les services de renseignements, le Qatar s’est engagé à parrainer le financement d’une myriade d’initiatives jihadistes soudanaises et iraniennes, principalement à travers toute l’Afrique.

Il est aussi bien compris à Doha, que dans le contexte de ces nouvelles relations bilatérales, Khartoum intercédera auprès de Téhéran pour ne pas saper les bases du pouvoir des Al-Thani au Qatar et de continuer à utiliser les ports qataris comme la principale voie de passage, fort lucrative, pour les importations de technologies illégales,contournant les sanctions, ainsi que sur les exportations de pétrole et de gaz.

A la fin septembre 2014, 15 agents de Daesh, parrainés par le Qatar, dirigés par deux commandants, un Egyptien et un Saoudien, sont arrivés à Darna, en provenance de Syrie, par la Turquie. Cette délégation comprenait un juriste de pointe Turki al-Bin’Ali, ainsi que Abu Nabil al-Anbari, l’ancien « émir » de la province d’Anbar en Irak. Leur mission consistait à instaurer une branche de Daesh en Libye. A la fin octobre 2014, plus de 50 jihadistes de Darna ont prêté publiquement allégeance à Abu Bakr al Baghdadi et déclaré leur engagement à établir un Califat de Darna en Cyrénaïque.

Faisant usage des armes et des financements reçus du Soudan, ils sont parvenus à bâtir une force armée forte de 800 hommes, au moins, dispatchés sur 6 camps à l’extérieur de Darna, ainsi que de vastes installations d’entraînement dans les Montagnes Vertes, à l’intention de Jihadistes égyptiens, libyens et étrangers (occidentaux). Vers la fin-novembre 2014, ils se sont emparés du contrôle de la ville entière de Darna et imposé le drapeau de Daesh qui flotte désormais sur tous les bâtiments publics.

Le 12 décembre 2014, le Conseil (Shura) des Mudjahidin de Cyrénaïque a exhorté toutes les forces islamistes à se joindre à la coalition dirigée par le Califat de Darna et toutes les milices islamistes dans l’Est de la Libye, dont les forces de l’Aube libyenne, sponsorisées par le Soudan,  à reconnaître la nouvelle coalition.

Les Jihadistes ont célébré cette annonce par une parade militaire dans Darna, conduite pâr des tanks et véhicules techniques surmontés de drapeaux noirs. Des commandants chevronnés par les combats en Syrie, Algérie, Tunisie et Egypte sont arrivés à Darna, de la part de l’Etat Islamique, pour contribuer à développer l’entraînement et les efforts de construction d’une armée. Ils ont bâti trois camps principaux d’entraînement à Nawfaliyah (près de Sirte), Sabratha, et Darna pour les Jihadistes libyens et africains. Des techniciens militaires soudanais sont aussi arrivés à Darna pour aménager des installations de communication ainsi qu’entretenir les avions de combat, les tanks, l’artillerie et roquettes de l’arsenal des Jihadistes. Vers la fin du mois, ces techniciens soudanais ont joué un rôle crucial dans la mùisev en service et l’armement de la poignée d’avions de combat dont se sont emparés les Jihadistes de l’Aube Libyenne, permettant ainsi aux pilotes libyens de bombarder et de déclencher des incendies dans plusieurs réservoirs à pétrole du port de Sidra.

Une fois le Califat de Darna sécurisé, le Soudan et ses alliés –le Qatar, la Turquie et, en coulisse, l’Iran – peuvent capitaliser les énormes stocks d’armes laissés par le gouvernement Kadhafi, de façon à soutenir les Jihadistes africains. Par exemple, tout le soutien accordé à Boko Haram a été mis sous les ordres d’un suel manager : il s’agit d’un coordinateur en réseaux de communications, en livraisons d’armes et en financement livrés en Libye par le Soudan. Connu uniquement sous son nom de guerre : Abu Kades, c’est un Egyptien, activite de l’Ikhwan (FM) et, à l’origine, un « professeur » de l’Université Al-Azhar, impliqué dans les premiers efforts logistiques du Jihad, en Bosnie-Herzégovine et en Turquie-Syrie.

A la fin 2014, Abu Kades coordonait la livraison d’armes des stoks de Cyrénaïque, avec l’assistance logistique d’experts des renseignements soudanais et turcs. Les renseignements qataris finançaient toutes les opérations logistiques jihadistes en Cyrénaïque.

Au début 2015, le haut du panier des cercles dirigeants de l’Etat Islamique a commencé à mettre en lumière ouvertement l’importance stratégique de la Libye : il s’agit du Wilayat Libyen (la Province) de l’EI. Une claire manifestation de cette tendance est formulée par la publication, au début 2015, d’un essai appelé : « Libye : le portail stratégique de l’Etat Islamique », dans la principale revue Internet du Califat. La substance de cet essai porte sur l’impératif, pour l’Etat Islamique, de s’étendre en Libye et ensuite d’en surgir dans toutes les directions. L’auteur s’identifie comme un partisan libyen du Califat.

Cet essai explique que, « Par la grâce d’Allah envers la Libye ; Allah réserve à ce pays une position stratégique et d’immenses potentiels. Ce sont des choses à partir desquelles il serait possible de tirer d’énormùes bénéfices, si elles étaient exploitées de façon efficaces. Malheureusement, certains partisans ne reconnaissent pas l’étendue de l’arène libyenne, la prolifération d’armements variés qui s’y déploie, ses dimensions géographiques et ses environs cruciaux. Il me suffit de dire que la Libye peut voir au-delà de la mer (Méditerranée), du désert, des montagnes et de six Etats : l’Egypte, le Soudan, le Tchad, l’Algérie et la Tunisie ».

L’auteur met l’accent sur le potentiel unique de la Libye, en tant que tremplin pour une invasion jihadiste du Sud de l’Europe. La Libye, écrit-il : « dispose d’une longue ligne de côtes et peut surplomber les Etats croisés du Sud, qu’on peut facilement atteindre, même  grâce à des bateaux rudimentaires ». Il note que le nombre de transits d’immigrés illégaux, à partir de cette côte est massif, qu’on peut estimer à 500 individus par jour, en estimation basse. Selon beaucoup de ces immigrés clandestins, il est facile de traverser les barrages de contrôle de la sécurité maritime et d’arriver dans les villes.

Si ce filon était, même partiellement exploité et développé dans un plan stratégique, onpourrait provoquer un véritable tohu-bohu, dans tout le sud de l’Europe. Il est même possible qu’on pourrait entraîner une fermeture totale de toutes les lignes maritimes, par le ciblage de tous les navires ezt pétroliers des Croisés ».

Cet essai se conclut en rappelant l’importance géostratégique de la Libye pour l’expansion du Califat dans et bien au-delà du Grand Moyen-Orient (comportant l’Afrique du Nord) : « Mes frères, la Libye, avec la permission d’Allah, est la clé d’entrée en Egypte, la clé vers la Tunisie, le Soudan, le Mali, l’Algérie et le Niger. C’est l’ancre par laquelle nous pouvons atteindre toute l’Afrique et le Maghreb Islamique ». L’auteur exhorte le mouvement takfiri à réaliser la libération totale de la Libye avant que l’Occident ne réalise la menace que constitue la Libye et avant qu’il ne tente la moindre intervention en Libye. « Il est impératif que les Moujahidins se lèvent pour tenter de déjouer le plan des Croisés et corrigent les différences entre les Libyens, pour qu’ils puissent diriger leur énergie contre le véritable ennemi, les vrais tyrans, ceux qui ont pour maîtres les Croisés. Si cela survient, et c’est ce qui arrivera, si Allah le veut, alors plus aucune force ne se tiendra en travers du chemin des Mujahidin ».

Non seulement, cela soulagera les pressions sur les terres du Jihad en ash-Sham (Syrie), mais mes territoires du Califat en ash-Sham, Irak et Hijaz seront reliés avec ceux de leurs frères de Libye et le Maghreb Islamique, et la défaite de tous les régimes et tyrans qui se trouvent sur leur chemin, sera grandement facilité. Cela n’est pas difficile à réaliser pour Allah ».

En février 2015, le Califat de l’Est Libyen était prêt à surgir pour devenir une scène centrale du Jihad. Les plus hauts niveaux de commandement de Daesh ont prêté leur concours pour faciliter la dissémination du message du Califat libyen, dans sa revue principale, Al-Hayat Media. Le 15 février 2015, le Califat libyen a posté une vidéo de cinq minutes intitulée : «  Un message signé par ler sang à l’intention de la Nation de la Croix ». La vidéo a commencé par la marche et la décapitation de 21 Coptes Egyptiens, récemment kidnappés. Vêtus de tenues du même type qu’à Guantanamo, les Coptes ont été mis en ligne, au bord de l’eau de mer, rougi par leur sang

- See more at: http://jforum.fr/2015/03/libye-les-services-secrets-iraniens-preparent-le-jihad-contre-leurope/#sthash.McIehaOY.dpuf

4 mars, 2015

Daech massacre, viole et décapite les chrétiens d’Orient au nom de l’islam comme Mahomet autrefois

Classé dans : Non classé — islamvouscache @ 19:58
Daech massacre, viole et décapite les chrétiens d’Orient au nom de l’islam comme Mahomet autrefois
Tous les malheurs du monde qui frappent ces peuples écrasés sous le poids de la misère, nourris au biberon du fanatisme et de la déresponsabilisation, figés dans la pierre noire de la Ka’aba qui avancent à contre-sens de la marche de l’histoire, vouant un véritable culte à la mort qui reste leur seul espoir pour échapper à leur éternelle condition d’esclaves, c’est la faute à Israël même quand il n’existait pas ! Bravo à Israël de les tourner en bourrique et de les ridiculiser. Franchement en quoi Israël est coupable des retards chroniques de ces peuples qui ferment la marche de l’histoire et qui brillent par leur esprit obscurantiste, leur inculture, leur fanatisme, leur refus du progrès, leur haine de la vie, leur antisémitisme, leur racisme, leurs divisions légendaires, leur archaïsme,leur ethnocentrisme et leur ultra-violence ?
Plutôt que de se remettre en question et de se regarder dans le miroir de l’histoire, c’est tellement plus facile pour eux de faire d’Israël le bouc-émissaire des inégalités sociales, économiques et sexuelles qui les minent, du régime carcéral infligé à leurs femmes, de la pédophilie héritée de Mahomet, de leur état d’oisiveté légendaire, de leur fourberie, de l’inhumanité de leurs sociétés.
Au lieu de chercher les vraies causes de leur cancer métastasé et y apporter les remèdes appropriés, ils s’ingénient à créer un ennemi imaginaire, et quand bien même il serait réel, qui leur sert de paravent, d’écran de fumée, pour ne pas regarder la réalité en face. Une réalité si amère et qui les met à nu, qu’ils ont peur de l’affronter d’où leur besoin pathologique de voir la main d’Israël partout même quand ils décapitent leurs otages pourtant dans la pure tradition mahométane et détruisent des oeuvres archéologiques comme l’a fait Mahomet quand il avait envahi la Mecque où il s’était acharné comme un fou à lier sur ce qu’il appelait les idoles de la même façon que les Talibans 13 siècles après qui avaient dynamité au vu et au su du monde entier les 2 statues de Bouddha géant de Bâmiyân en 2001.
C’est la faute à Israël aussi si la Tunisie vit sous la menace imminente d’une invasion daechienne. C’est certainement lui qui a suscité les vocations djihadistes dans ce pays pour en faire le premier pays exportateur de main d’ouvre terroriste sexuelle halal au monde. Si on les écoute, il y a tout lieu de croire que c’est encore Israël qui endoctrine et utilise et des gamines musulmanes nigérianes comme bombes humaines par Boko Haram.
Leur antisémitisme n’a d’égal que leur état de cécité mentale. Jamais ils ne reconnaîtront leurs torts et avoueront qu’en effet le ver est dans le fruit musulman lui-même.Si Daech fascine les musulmans c’est parce qu’il applique à la lettre les préceptes de l’islam en réincarnant la cruauté et la férocité des musulmans lors des premiers pas de l’islam.
Mahomet avait répandu la mort autour de lui. Daech fait pareil. Si aujourd’hui il se livre à une véritable campagne de purification religieuse en Syrie et en Irak c’est parce que Mahomet l’avait fait aussi avec les tribus de Banu Qaynuqa et Banu Nadir .
Daech est bel et bien une réactualisation fidèle, une résurgence, une remise au goût du jour de l’islam de Mahomet qui lui-même a exterminé et chassé de la terre d’Arabie les juifs et les chrétiens. Cette organisation nazie ne saurait être reniée par Mahomet s’il ressuscitait. Il en serait tout fier car elle ne fait que perpétuer l’histoire des crimes contre l’humanité et les génocides des peuples dont la liste est très longue tombés sous le glaive des musulmans qu’il avait inaugurée lui-même avec le massacre de la tribu juive de Médine les Banu Qurayza en 627 dans la bataille de la Tranchée.
Malgré les évidences qui sont aux yeux, un organe dont les musulmans ne sont pas dotés, Ils sont toujours persuadés que Daech n’est pas l’islam alors que les membres de cette organisation à chaque exaction commise ils crient haut et fort qu’ils ne font mettre en ooeuvre l’enseignement de leur religion. Ce qu’ils font subir aux chrétiens d’orient justement ce que Mahomet avait fait subir aux membres de cette tribu martyr des Banu Qurayza, on massacre les hommes jusqu’au dernier et on réduit les femmes et les enfants à l’état d’esclaves en tous genres ( Sourate 33, versets 25, 26, 27).
Nul doute que les adeptes musulmans de l’éternel complot juif sont capables dans leurs accès de folie hallucinatoires de l’imputer à Israël pour éviter à leur modèle suprême, ce seigneur de la barbarie humaine, d’être mis sur le banc des accusé des plus plus grands bourreaux des juifs et des chrétiens.
Ils font de leurs délires complotistes des arguments de vérité. Qu’ils se posent la bonne question mais ce dont il est à douter qu’ils puissent le faire à cause de leur manque cruel de lucidité et de leur absence d’objectivité pourquoi les juifs ne font jamais des musulmans leur bouc-émissaire ?
Le gap est énorme entre eux, d’un côté un peuple alphabétisé à 100% et à la pointe du progrès humain et d’un autre des centaines de millions d’âmes apeurées, fatalistes, défaitistes, irresponsables, et totalement analphabètes et absentes de la compétition mondiale qui ne reste que l’ultra-violence et la haine de l’autre pour exister.

Daech annonce à une mère qu’elle vient de manger les restes de son fils

Classé dans : Non classé — islamvouscache @ 19:03
Mis à jour : 03-03-2015 10:44

- Créé : 03-03-2015 08:00

TÉMOIGNAGE – Un Britannique de retour d’Irak raconte au Sun l’histoire d’une mère de famille qui, voulant récupérer son fils, a appris de la bouche des Islamistes qu’il était mort, et qu’il lui avait été servi en repas.

10646
141
12
Daech annonce à une mère qu’elle vient de manger les restes de son fils social_email_32
D'après le témoignage d'une Britannique, l’Etat islamique annonce à la mère qu’elle vient de manger les restes de son fils.

D’après le témoignage d’une Britannique, l’Etat islamique annonce à la mère qu’elle vient de manger les restes de son fils. Photo : AFP PHOTO / HO / AL-FURQAN MEDIA

Exagération ? Légende ? Réel témoignage ? Quoi qu’il en soit, cette histoire rapportée par un Britannique qui a combattu l’Etat islamique au journal The Sun fait froid dans le dos. Yasir Abdulla, père de famille de 36 ans est tout juste de retour d’Irak. Il explique au quotidien « détester l’Etat islamique en raison de ce qui est arrivé à une vieille femme kurde d’une tribu non loin ».

Selon lui, cette femme avait fait le chemin jusqu’à Mossoul, dans le nord de l’Irak, pour récupérer son fils. Celui-ci avait été capturé par des combattants de l’Etat islamique, et fait prisonnier là-bas. « Elle était déterminée à le trouver. Elle s’est même rendue au quartier général de l’Etat islamique et avait demandé à lui parler « , raconte Yasir Abdulla.

Un repas de viande cuite, de riz et de soupe

Lorsque la mère, désespérée, arrive au quartier général, les combattants lui auraient proposé de se reposer après ce long voyage, et lui auraient offert de quoi manger avant de l’amener voir son fils. « Ils lui ont amené des tasses de thé et un repas fait de viande cuite, de riz et de soupe. Elle a pensé qu’ils étaient bien aimables », rapporte le Britannique.

Mais lorsqu’elle a fini, elle demande où est son fils, les combattants de l’Etat islamique rient. Et ils lui répondent : « Tu viens juste de le manger ». Selon le témoignage du Sun, ils auraient alors expliqué avoir assassiné son enfant, puis découpé sa dépouille avant de le lui servir.

Yasir Abdulla s’est engagé pour aller combattre en Irak après avoir découvert que l’Etat islamique était tout près d’envahir son village natal du Kurdistan. Il raconte aussi que les Islamistes menacent de kidnapper et brûler les gens vivants s’ils ne se rendent pas. Il est retourné dans le Yorkshire, où il habite. Mais il espère retourner se battre contre le groupe terroriste.

24.Sahi Walo Ki Gali |
cours français/arabe du fre... |
FONDATION ALPHA ET OMEGA DE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | GISE ET LE MONDE
| معا  ...
| les enfants d' Albion